LOGO.png

Maj 05/09/2020

La dernière vidange de l’étang du Ter Kermélo a fait apparaître ne nombreux îlots de tubulures calcaires.

Une progression importante des tubes de calcaire

En 2019, dans l’étang salé du Ter Kermélo, seuls quelques îlots calcaires étaient visibles entre les algues vertes près de la berge opposée à la base nautique. Cette année, point d’algue verte lors de la dernière vidange d’août mais les tubulures en calcaire ont énormément progressé sur tout l’étang jusqu’à atteindre le déversoir d’eau douce de St Mathurin.

De quoi s’agit-il ?

L’association des usagers du Ter (EAU du TER) précise qu’il s'agit d’un ver appelé polychète (Espèce : Ficopomatus enigmaticus) dont les constructions de tubes de calcaire forment des récifs d'individus pouvant atteindre plusieurs dizaines de centimètres d'épaisseur. Formant des îlots de biodiversités, c’est une espèce localement envahissante sur les côtes françaises atlantique et méditerranéenne. La longueur de ce ver est d'environ 2,5 cm. Il s'enferme dans un tube calcaire qu’il secrète et qui ne dépasse pas les 10 cm.

Il s’accroche notamment sur de petites pierres ou sur des branches tombées et freinent le déplacement des sédiments et ne favorisent pas le désenvasement.

L'origine géographique de cette espèce n'est pas clairement définie, mais elle est associée à l’Australie puis la Méditerranée. L’espèce est souvent appelée cascail.

2020- IMG_20200821_141736--REDUIT-HL1000
IMG_20200821_140859_2-HL1000.jpg